Politique des quartiers: des opportunités concrètes à saisir !

Au cours des dernières années - à vrai dire depuis la fin des années 1990 - les autorités communales et régionales ont rassemblé leurs forces pour engager d'ambitieux programmes de réhabilitation et d'amélioration des quartiers Saint-Gillois. Ces programmes ont pris le nom de "Contrats de Quartier", et ont concerné ou concerneront les quartiers suivants :

- Barrière-Bethléem (1994-1998) ;
- Verhaegen (2001-2005) ;
- Monnaie-Métal (2003-2007) ;
- Midi-Fontainas (2007-2011) ;
- Parc-Alsemberg (2010-2014) ;
- Bosnie (2012-2016).

Chaque Contrat permet de mobiliser de manière ciblée plusieurs millions d'euros d'investissements, provenant des budgets communaux et régionaux, pour des projets de rénovation et de dynamisation. Après de larges consultations avec les habitants et les associations des quartiers concernés, plusieurs projets sont engagés, dont par exemple :

- la réhabilitation d'immeubles ou d'espaces publics ;
- L'installation ou agrandissement de services publics (par exemple : crèches, comme celles de la rue Féron ou de la Place des Héros, ou site pour les cours de remédiation scolaire comme rue Dethy et rue de Lisbonne) ;
- L'installation de commerces (par exemple la Boutique informatique sociale Chaussée de Forerst) ;
- Ou encore la reprise de logements par la Régie Foncière de la Commune pour permettre de contenir l'augmentation des loyers en proposant des tarifs modérés aux familles en attente.

Et tout n'est pas décidé dès la première année d'un Contrat de quartier. Pendant quatre ans, les habitants des zones concernées peuvent bénéficier de diverses opportunités pour améliorer leur lieu de vie. Des primes municipales et régionales peuvent ainsi être offertes pour mener à bien des projets comme l'accès aux étages résidentiels des immeubles abritant des commerces en rez-de-chaussée (très utile Chaussée de Waterloo !).

Lors d'une de mes récentes promenades de porte-à-porte dans Saint-Gilles, j'ai rencontré un habitant du quartier Parc-Alsemberg que j'ai pu conseiller brièvement. Ce Saint-Gillois réside en effet dans une rue pouvant bénéficier de la Prime à l'embellissement de façade, et a donc décidé de contacter le service compétent à la Maison Communale. Un coup de pouce bienvenu pour une famille dont la maison fait l'objet de tous les soins, à l'intérieur comme à l'extérieur.


Des efforts à poursuivre pour le renforcement de la cohésion sociale et du vivre ensemble à Saint-Gilles !

 
Joël Le Déroff, 26ème sur la Liste du Bourgmestre